Juin 2017  
lun mar mer jeu ven sam dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Abonnement Caecilia

  1. L'Eucharistie

  2. Retour à la page "Les Sacrements"

L'eucharistie comme fondement de l'identité de l'Eglise dans le Nouveau Testament
Notre propos porte sur le repas chrétien en tant qu'il est le fondement de l'identité communautaire ou, en d'autres termes, sur l'eucharistie en tant qu'elle fait l'Église et lui donne la raison de son identité*. Non pas seulement le repas eucharistique, saisi comme le lieu, inscrit dans un temps et un espace donnés, où la communauté prend conscience d'elle-même. Mais une action liturgique qui, dans un geste symbolique, manifeste la source et déclare le principe de sa propre existence communautaire, alors même que le Corps ecclésial du Christ engendre son eucharistie, et inversement. Lire la suite

Réaliser la présence réelle
Que signifie exactement la présence réelle, et pourquoi l'adoration eucharistique a-t-elle un rapport direct avec elle ? Dans certains débats sur la présence réelle, le rôle de l'eucharistie dans la liturgie et la vie chrétienne, débats d'ailleurs peut-être dépassés aujourd'hui, l'une des objections à ne pas sous-estimer, consiste à dire qu'il ne faut pas isoler l'eucharistie de la célébration liturgique, ni de la présence de la communauté, ni exposer la célébration eucharistique au danger de la « chosifier » en espèces consacrées ni moins encore transposer celles-ci en idoles. En ce sens, le fait d'arracher les espèces consacrées à la célébration eucharistique dans l'exercice pour ainsi dire intemporel de l'adoration eucharistique pourrait avoir un danger réducteur. Lire la suite

Faire mémoire
Quand vous êtes allés à la messe, quelques fois seulement ou des milliers de fois peut-être, vous avez obéi à Jésus qui prescrit de « faire cela en mémoire de lui ». Peut-être en avez-vous retiré un bienfait ? Peut-être vous n'avez pas pu mettre de mots sur ce qui s'est passé en vous ! Vous avez sûrement fait l'expérience de rencontrer les autres, d'écouter et de répondre, de prendre le pain. Vous vous êtes rendu compte que les attitudes et les gestes des chrétiens ne sont pas étranges puisqu'ils reprennent les comportements de tous les hommes. Pour les relations à Dieu, l'action liturgique, action de l'Esprit du Christ s'appuie sur des actes qui appartiennent aux relations humaines. La série d'articles qui commence avec ce numéro voudrait expliciter l'expérience du dialogue avec Dieu que vise le rituel de la messe. Lire la suite

La fraction du pain et sa signification
Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu'en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel décalage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ? Par ailleurs, on pourra aussi se reporter à l'histoire iconographique de ce récit des pèlerins d'Emmaiis. Lire la suite

La fraction du pain
Rompre le pain n'st pas un geste inventé par Jésus. Ce geste est accompli par le père de famille à tous les repas religieux les jours de shabbat et de fête, et tout particulièrement lors de la Pâque, où la galette de pain est sans levain (a-zyme). Il a lieu au début du repas, dans le Qiddush, après que le père a prononcé la bénédiction. C'est à l'intérieur même du rituel juif que Jésus le fait. La nouveauté n'est donc pas le geste de la fraction, mais les paroles instituant l'eucharistie : "Ceci est mon corps" que Jésus ajoute à la bénédiction juive. Lire la suite

Il est grand le mystère de la foi
Il est fréquent que des fidèles aillent demander au curé de leur paroisse détablir des temps d'adoration eucharistique et qu'ils ressentent chez lui des réticences. Il est vrai que, s'il reçoit la demande comme un «rétablissement» de ce qui se faisait dans le passé, ses hésitations sont compréhensibles. Mais il est tout à fait possible de répondre positivement à ces demandes en travaillant à promouvoir une autre manière de vivre l'adoration eucharistique.Lire la suite

La procession de Communion
Entendre chaque dimanche l'interpellation reprise du livre de l'Apocalypse, « Heureux les invités au festin des noces de l'Agneau », nous engage dans une démarche à la fois ecclésiale et spirituelle, communautaire et personnelle. Répondre à une invitation, libre, mais qui, sans relâche, se répète tout au long de l'histoire du salut, tel est l'appel qui nous est adressé par Dieu ; un Dieu qui ne se lasse pas de convoquer son peuple. Lire la suite

Le culte eucharistique en-dehors de la messe
Ce que l'Esprit Saint rend présent, par la consécration, c'est le Christ accomplissant son sacrifice, donnant sa vie et nous entraînant dans son aventure pascale. C'est pourquoi toute Prière eucharistique s'adresse au Père ; Jésus est, pour ainsi dire, de notre côté, et c'est « par lui, avec lui et en lui » que nous présentons à Dieu notre action de grâce et notre offrande. Il ne s'agit pas d'une présence statique devant nous, comme celle d'une chose, si vénérable soit-elle, mais d'un mouvement qui s'accomplit dans la communion où, recevant le corps et le sang du Seigneur, nous devenons nous-mêmes «dans le Christ une vivante offrande à la louange de la gloire de Dieu». Ce n'est pas pour rien que le signe sacramentel est une nourriture : «'Prenez et mangez... Prenez et buvez ...». Lire la suite

Célébration et adoration eucharistiques
L'eucharistie est à la fois célébration et mystère. Au coeur même de l'action liturgique, surgit cette attestation : Mysterium fidei. Comme le rappelle l'Instruction Eucharisticum mysterium (S. Congrégation des rites, 1967), l'Eucharistie est un acte du Christ et de l'Église, spécialement dans la grande prière eucharistique où «l'Église ne faisant qu'un avec le Christ, rend grâce au Père, dans l'Esprit Saint, pour tous les biens qu'il confère aux hommes par la création et, d'une façon supérieure, par le mystère pascal ». Lire la suite

Notes sur le tabernacle
Le tabernacle, la tente des Hébreux par laquelle Dieu montre son soutien à son peuple, ce qui annonce l'eucharistie, est devenu, dans le culte catholique, un meuble aux aspects divers. Devant permettre la conservation digne du pain consacré en même temps que l'exaltation de la Présence réelle, son implantation diffère selon l'époque : distinct ou non de l'autel, incorporé au retable situé dans le choeur ou dans une chapelle. La forme est passée de l'ostentatoire au minimalisme, évolution anecdotique si elle n'était liée au message à transmettre. Lire la suite
Pour en savoir davantage sur le tabernacle, cliquez ici

Poétique de l'autel
Comment éviter l'enflure pour parler d'une chose silencieuse. Car l'Autel est silencieux. Et voilà l'enflure : pour dire ce silence et vous en convaincre, je suis contraint de répéter cette assertion, laquelle pour se persuader de sa pertinence est condamnée à s'éloigner de la vérité simple de ce qu'elle dit. L'Autel est silencieux. Le langage parle. L'Autel se montre. Le discours se heurte à l'Autel comme à une figure de ce qui en lui est indicible et, en un certain moment du Rituel, le fonde, en vérité. Lire la suite
Pour en savoir davantage sur l'autel, cliquez ici.